menu horizontal

Je parlerai de ma ville, de mes voyages, de musiques, de films, de l'actualité, de tout ce qui m'interpelle

Quand j'ai créé mon premier blog je m'étais inspirée de la définition du mot "Blog", à l'origine "Weblog" contraction de Web et de Log. Le mot "Log" a désigné au départ les journaux de bord de la marine et de l'aviation américaine, et le "Web", c'est cette invention qui a changé notre quotidien à la fin du 20e siècle ! Le blog littéralement c'est donc un carnet de bord tenu et dévoilé en ligne, un mot construit pour désigner les premiers sites du genre aux Etats-Unis à la fin des années 90.

Mon blog... Un regard très personnel, un journal où je publierai des billets d'humeur à propos des sujets les plus divers.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS

ARTICLES RÉCENTS


Recent Posts Widget

mercredi 6 janvier 2016

J'AVAIS PEUR DES SINGES

Et puis ce soir cette émission m'a transportée. Désormais je ne regarderai plus les singes de la même façon.


D'accord, je suis passionnée par les animaux, déjà, de les voir en pleine nature. J'ai eu l'occasion de le faire dans plusieurs pays du monde en voyageant, et aussi d'être accompagnée de rangers, parfois, qui nous expliquent les comportements, et ça, ça me passionne, cela me fascine.

J'ai déjà eu tellement d'expériences, les petits pingouins d'Australie, le koala que j'ai caressé, les springboks qui ne cessaient de m'observer quand je me trouvais sur la terrasse de mon bungalow dans le Karoo en Afrique du sud, et ce petit lémurien de Madagascar, qui à mes pieds m'a regardée avec un air si triste parce que je pleurais, parce que j'avais tellement été au delà de mes forces pour gravir les rochers de l'Ankarana que je n'en pouvais plus. Et là j'ai compris que lui et moi on se parlait, et qu'il avait de la peine pour moi. Je n'oublierai jamais ce moment.

Mais les singes... ça vous saute dessus, ça vous vole vos lunettes, votre chapeau.... Ça pousse des cris pas très jolis... ça se gratte tout le temps...

Je reconnais que désormais les singes, je les regarderai différemment.

Une vie complètement extraordinaire

Il s'appelle Aurélien Brulé.

Il a consacré son existence à sauver une espèce en voie de disparition, le gibbon.

On l'a surnommé "Chanee" qui veut dire gibbon" en thaï.

Il vit en Indonésie depuis 17 ans.

Je cite sa bio : "À treize ans, Aurélien Brulé est embauché dans un zoo en France où il s'adonne à une observation minutieuse des primates. Il se prend d’affection pour les gibbons à mains blanches, de petits singes arboricoles menacés d’extinction.

Un jour, alors que la morosité le ronge, une femelle gibbon lui prend la main et la lui serre, comme pour le réconforter. Profondément ému par ce geste de tendresse, Aurélien, bouleversé, lui promet qu'il se battra pour la protéger, elle et les siens. Il prend la décision de protéger, sa vie durant, ces primates qui continuent de faire l'objet d'un odieux braconnage."

Une promesse qu’il tiendra en publiant « Le Gibbon à mains blanches » alors qu'il n'a que dix-sept ans, et qui surtout, nourrit son désir de s'envoler pour le pays des gibbons.




Ce qu'il raconte dans le film télévisé, c'est qu'un jour, il reçoit un appel téléphonique de Murielle Robin, qui est tombée sur ce petit livre. Elle lui dit "tu veux aller voir les gibbons... tu pars".

On est à la fin des années 1990, Aurélien Brulé a 18 ans, il quitte la France et part à la rencontre des singes gibbons, en Thaïlande, il observe et étudie. Les habitants du pays l’accueillent généreusement et le surnomme "Chanee", ce qui signifie "gibbon" en langue thaï.

C'est vrai que moi, un jour en préparant l'un de mes nombreux voyages en Thaïlande, je suis tombée sur le web sur un site genre "Gibbon Réhabilitation Project" qui se trouvait du côté de Chiang Mai, et qui avait capté mon attention. Je crois qu'il y en a aussi un dans le nord de Phuket.

La suite en Indonésie

Malgré son jeune âge, Chanee rêve de construire un centre pour la réhabilitation et le sauvetage des singes gibbons.

À son arrivée en Indonésie, il constate que la situation des gibbons est très précaire. Chassés pour leur viande ou capturés comme animal de compagnie, les primates voient chaque jour leur habitat disparaître à cause, entre autres, des plantations de palmiers à huile.

Il avait déjà participé à un reportage il y a quatre ans, diffusé dans l'émission "Envoyé spécial" de France 2.

Bornéo, la Forêt Assassinée


Uniquement en Indonésie, plus de 6000 gibbons vivent en captivité chez des particuliers.


Chanee décide d’intervenir et d’établir sur l’île d’Hampapak un premier camp de réhabilitation du singe gibbon. 

Ce rêve se concrétise finalement à Bornéo, en Indonésie, où il crée l’Association Kalaweit en 1999.

Quelques années plus tard, un deuxième camp de réhabilitation sera établi à Sumatra, sur l’île Marak.


Les gibbons sont des primates très vulnérables et très fragiles. Ils nécessitent un suivi et des soins très longs.

Avant de pouvoir être retournés dans leurs habitats naturels, ils doivent réapprendre des comportements indispensables à leur survie.

La réadaptation d’un singe gibbon peut prendre jusqu’à 7 ans."

Il est devenu "Chanee", il vit sur l'île de Bornéo, avec sa femme et ses deux enfant,  et a construit de ses mains le plus important programme de conservation des gibbons : Kalaweit.

Kalaweit reste, à ce jour, le plus grand programme actuel de réhabilitation de gibbons au monde.


(Ce site montre des vidéos et explique beaucoup de choses.)

Mais je ne sais pas ce que c'est qu'un gibbon !!!

Un singe, bien sûr. Mais moi je n'aime pas les singes, ils me font peur. Ils sautent sur moi... Ils me volent mes trucs, il faut faire très attention... J'ai une trouille des singes !!!!!

Wikipédia....

"Gibbon est un nom vernaculaire ambigu en français, pouvant désigner plusieurs espèces différentes de primates de la famille des Hylobatidae dont certains membres sont appelés aussi houlock, siamang, lar... 
Le Gibbon à mains blanches (Hylobates lar) ou Gibbon lar est une espèce de primates la famille des Hylobatidae qui fait partie des singes appelés couramment des gibbons.

Le gibbon est l’anthropoïde le plus primitif et le plus petit.
 
La lignée évolutive du gibbon a divergé de celle de l'homme il y a environ 18 millions d'années, soit 6 millions d'années avant l'orang-outan et 10 millions d'années avant le chimpanzé et le gorille. 

D'une taille comprise aux environs de 90 centimètres et d'un poids de 8 à 11 kilogrammes, il a la face encadrée de blanc et les extrémités des mains blanches.

Sa plante de pieds est recouverte d'une peau dure.

Il possède 5 doigts à chaque mains munis de 3 articulations avec un pouce opposable.

Il possède des ongles noirs sans griffes.


Son habitat se situe dans de très nombreux pays d'Asie. On le rencontre du Nord jusqu'à l'ouest de la Thaïlande, en passant par le Nord de Sumatra et enfin par la Birmanie.

Tous les gibbons sont frugivores et aiment parfois accompagner leur nourriture d'insectes (libellules, fourmis...)

Il se déplace avec habileté dans la jungle, il peut faire des bonds de 10 à 15 mètres entre deux arbres, de branche en branche. 

Contrairement aux autres singes anthropoïdes, lorsqu'il marche debout, il garde son équilibre en se servant de ses bras comme balancier. 

Il protège son territoire en lançant des cris. 

Les gibbons n'ont qu'une femelle pour toute leur vie et ont des rapports sexuels souvent si leur entente se passe bien. La femelle se propose la première lors des actes sexuels. 

Les gibbons ne savent pas vivre sur le sol. Leur habitat c'est la forêt, les arbres, les branches. Et les dangers pour cette espèce sont bien évidemment : 

- La déforestation massive des arbres par des compagnies qui commercialisent l'huile de palme pour la consommation alimentaire et cosmétique des pays industrialisés. A cause de l’huile de palme, les arbres sont coupés, et les forêts brulées pour planter des palmiers. Les animaux ne peuvent pas survivre car ils ne peuvent pas se nourrir avec les palmiers, alors soit ils meurent de faim soit ils sont capturés et vendus comme des objets.

- La fragmentation des forêts qui le rend plus vulnérable à la chasse (viande de brousse) et au braconnage et qui détruit une partie de son habitat. 

- Les trafiquants qui n'hésitent pas à abattre une mère afin de capturer son petit pour le vendre. 

- Les hommes qui détiennent des gibbons chez eux. Animaux de compagnie...

Véronique Jannot sur la terre des Gibbons

Ce film est le premier d'une série d'émissions documentaires appelée "Le messager" qui nous fait connaître ceux et celles qui, par leurs actions quotidiennes, se battent pour sauver des espèces animales menacées.

Et des personnalités deviennent les parrains d’une cause animale et partent à l’autre bout du monde rencontrer ceux qui la défendent.




Pour aller à la rencontre de Chanee et comprendre les enjeux de son combat, Véronique Jannot va partager sa mission au quotidien.





A Bornéo, Chanee confie à Véronique Jannot une mission importante : adopter pour une durée de sept ans une petite gibbon orpheline, Alya, et partager son parcours d’émancipation.


Alya

Après l'avoir approchée et nourrie, Véronique Jannot s'engage dans le processus de réhabilitation du bébé gibbon. Le but ultime pour tous ces singes et d'être relâchés dans leur habitat naturel.


BANDE ANNONCE



L'histoire de l'association Kalaweit 


Yayasan Kalaweit Indonesia - Fondation Kalaweit Indonésie

"Aurélien Brulé, grâce à Kalaweit, réussit à obtenir plusieurs protocoles d'accord avec le gouvernement indonésien pour la réhabilitation de ce vieux primate, prisé par les populations locales et les braconniers comme animaux de compagnie.

Il crée ensuite une radio à destination des jeunes, Kalaweit FM, dont l'objectif est de sensibiliser au respect de la vie sauvage.

En 1997, l’association Kalaweit (loi 1901) est créée pour encadrer juridiquement et financièrement un projet de protection pour les deux espèces qui coexistent sur l’île, le gibbon agile et le gibbon de Müller.

"Kalaweit" veut dire gibbon en dayak ngaju, l'un des dialectes parlés dans la province centrale de Bornéo. Muriel Robin en est tout naturellement la marraine."

"Pendant plus de 6 mois, Aurélien mène une bataille acharnée contre les autorités et le ministère indonésien des Forêts pour obtenir l’accord de s’installer au coeur du parc national de Bukit Baka Bukit Raya. Il obtient finalement l’autorisation des autorités indonésiennes pour créer et gérer un refuge de réhabilitation destiné aux jeunes gibbons, au cœur de la forêt primaire de Kalimantan Tengah.

En 1999, un protocole d’accord est signé avec le gouvernement indonésien, incluant la réhabilitation des gibbons prisés par les populations et les braconniers comme animaux de compagnie, l’information, la sensibilisation et l’éducation des populations locales ainsi que la protection des forêts sur l’île de Bornéo.

La construction de la première station est entreprise au cœur de la forêt primaire et la première expérience de relâcher un couple de gibbons sur le site de la station permet la mise en place d’un processus de réhabilitation pour la suite du programme."

Une radio FM

"Kalaweit se lance dans les médias avec Kalaweit FM En 2003, l’association fait naître le premier média destiné à aider la conservation des gibbons en Indonésie : Kalaweit FM."



"Majoritairement à destination des 15/25 ans, la programmation a pour objectif de sensibiliser la jeunesse indonésienne au respect de la vie sauvage. Les cinq messages courts sur les gibbons lancés toutes les heures de diffusion musicale vont finir par entraîner un changement de mentalité.

Les auditeurs, surtout des jeunes, appellent la hotline de la station dès qu’ils voient un animal prisonnier et n’hésitent plus à faire pression sur le détenteur pour qu’il se sépare de la bête.

Actuellement, 60 % des animaux reçus à Kalaweit le sont grâce aux appels. Beaucoup plus efficace que le recours à une intervention policière, les primates sont, en principe, protégés par la loi indonésienne, car l’association ne dispose pas de pouvoir coercitif.

Face à ce succès radiophonique, Chanee a voulu lancer en 2009 une télévision bâtie sur le même concept que MTV, où des textes de sensibilisation à la cause animale devaient apparaître en bas d’écran. Malheureusement, le lancement de la télévision ne s’est pas fait, les autorités ne lui ayant pas attribué de fréquence, malgré trois ans de négociations. Les fréquences ont toutes été attribuées aux télévisions nationales de Jakarta. Désormais, Chanee se concentre sur la création de relais radio.

Cet échec télévisuel a fait écho à celui de son École pour la nature, qui a scolarisé 30 enfants pendant un an. Ce qui aurait pu être une belle réussite s’est trouvé confronté au faible taux d’inscription d’élèves, dû aux transports trop coûteux : les familles ayant dû partir dans les bidonvilles de Palangka Raya à la suite de la montée des prix du pétrole."

Créée en 1997, l'association Kalaweit est désormais mondialement connue.

Le Care Center

En 2001, un espace sanitaire, le Care Center, est acquis pour que les gibbons saisis bénéficient d’un bilan sanitaire et de soins. Dès son arrivée, le gibbon est mis en quarantaine après une prise de sang, pour analyser s’il n’a pas été infecté par une maladie lors de sa captivité. Beaucoup d’entrants sont atteints de tuberculose, d’Herpes simplex ou d’hépatite B, et 25 % d’entre eux en moyenne sont trop contaminés pour être rendus à la nature.

A Sumatra

Fort de cette reconnaissance mondiale et des succès, Kalaweit entreprend un nouveau défi : créer une seconde station à Sumatra.

L’île de Marak (1.000 hectares), inhabitée et la plus boisée du Sud-Ouest de la capitale de la province, Padang, apparaît comme un site idéal : c’est un point stratégique pour contrôler les trafics d’animaux.


A Borneo, Parawen reserve

Elle se situe à 7 heures de route de Palangka Raya, et à 40 minutes de bateau de Muara Teweh, la ville la plus proche, dans le Central Kalimantan, district de barito Utara (Lemo).
Sa création date de janvier 2015.
A l'entrée il est écrit :
"Yayasan Kalaweit - Bukan Tempat Wisata" = "Fondation Kalaweit - Pas un lieu de tourisme".




Cette forêt, de 23,6 hectares est l'habitat de 2 groupes de nasiques, une trentaine d'individus, et est limitrophe du centre de Pararawen où sont recueillis les animaux.

Dans ces baraquements de bois pour le personnel, avec une infirmerie et un sentier qui mène aux cages de mise en quarantaine et aux volières de réadaptation à la vie sauvage, le sanctuaire de Kalaweit apparaît bien spartiate.


"Une cinquantaine de personnes (employés et vétérinaire) se battent quotidiennement contre l’inexorable pénétration de l’Homme dans l’habitat animal et contre les dégâts inhérents à la cupidité humaine.

Avec le temps, les villageois partenaires de Kalaweit se sont multipliés. Le programme est devenu une grande opération humanitaire, où plus de 1.000 personnes reçoivent des aides médicales et pédagogiques. Des villages entiers sont devenus les ambassadeurs de Kalaweit et prônent le respect de la vie. Le centre a encore énormément de travail, et le défi devient de plus en plus dur, car les difficultés financières sont quotidiennes.

Le bureau de l'association est situé dans la ville de Palangkaraya, capitale de la région du Kalimantan Centre. C’est là que se trouve l’équipe administrative et où sont accueillis les gibbons avant l’envoi au Gibbon Conservation Center.

La radio Kalaweit FM créée en 2003, se trouve aussi à Palangkaraya.

Malgré les entraves matérielles et les menaces dont il est l’objet personnellement, Chanee ne veut pas renoncer. "


Aurélien Brulé se bat pour leur protection des gibbons à mains blanches et, par extension, pour celle de la forêt qui abrite ce vieux primate. Ce qui n'est pas du goût de tous... à Bornéo, sa maison est elle aussi sous haute protection. 

Et sait-on jamais : "Si l’Homme apprend un jour à aimer la vie, toute la vie, Kalaweit n’aura plus à lutter. " 


Le site en indonésien :  ici


Le blog d'une volontaire qui est allée là bas : http://sukaindonesia.uniterre.com/


Les livres écrits par Chanee 


 1999
2004


2007
Avril 2015


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un message, un commentaire, car c'est la meilleure façon pour moi de communiquer et d'échanger avec vous. Voici la marche à suivre :

- 1) Ecrivez votre texte dans le rectangle de saisie ci-dessous.
- 2) Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante en étant loggué sur votre compte.

Sinon, choisissez "Anonyme"
MAIS PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE POUR QUE JE SACHE QUI M'ÉCRIT.

- 3) Cliquez sur Publier.

ET JE VOUS EN REMERCIE.