menu horizontal

Je parlerai de ma ville, de mes voyages, de musiques, de films, de l'actualité, de tout ce qui m'interpelle

Quand j'ai créé mon premier blog je m'étais inspirée de la définition du mot "Blog", à l'origine "Weblog" contraction de Web et de Log. Le mot "Log" a désigné au départ les journaux de bord de la marine et de l'aviation américaine, et le "Web", c'est cette invention qui a changé notre quotidien à la fin du 20e siècle ! Le blog littéralement c'est donc un carnet de bord tenu et dévoilé en ligne, un mot construit pour désigner les premiers sites du genre aux Etats-Unis à la fin des années 90.

Mon blog... Un regard très personnel, un journal où je publierai des billets d'humeur à propos des sujets les plus divers.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS

ARTICLES RÉCENTS


Recent Posts Widget

dimanche 16 septembre 2012

1 ÈRE JOURNÉE DU PATRIMOINE 2012 - Samedi 15 Septembre

Le Panthéon

Je suis d'abord passée au Panthéon.


Envie de revoir la crypte. J'y étais déjà allée une fois. On en avait parlé jeudi. Histoire de découvrir qu'y sont entrés Aimé Césaire et Toussaint Louverture.

Il avait beaucoup de monde, et dans la crypte j'ai ressenti un peu de claustrophobie car je ne savais plus par où sortir. Heureusement qu'il y a des petites pancartes "sortie". Mais c'était assez affolant ce délale, ce labyrinthe.



Puis je me suis dirigée vers le Val de Grâce, en passant par la rue des Feuillantines.

Les feuillantines

Les feuillantines étaient des religieuses bernardines de l'étroite obédience qui suivaient la réforme des feuillants.

La Révolution française mit fin à leur congrégation.

Entre 1809 et 1812, Madame Hugo, mère de Victor Hugo, s’installe avec ses trois enfants aux Feuillantines. Ils s’installent dans des dépendances du couvent de Feuillantines.

Au numéro 8 de la rue des Feuillantines dans le 5ème arrondissement de Paris, une plaque commémore ce séjour dont Victor gardera un souvenir enchanteur.

Dans les « Contemplations »,« les rayons et les ombres » il décrira cette vie heureuse dans ce grand jardin, entouré d’êtres aimés.



Puis par la rue d'Ulm, une rue où il y a énormément de hautes écoles, c'est incroyable.

Je voulais revoir l'église où j'avais il y a bien longtemps enregistré un concert, et où j'étais déjà allée un jour de Patrimoine. En temps normal, on n'y rentre pas. C'est domaine militaire. J'ai d'ailleurs marché un moment aux côtés d'un superbe mec en uniforme à qui tout le monde disait sur son passage, bonjour mon Commandant !


Le Val de Grâce

Le Val-de-Grâce (Ve arrondissement) est l'Hôpital militaire de Paris, siège de l'École d'application du Service de santé pour l'armée de terre.




Le même îlot militaire comprend :

- l'hôpital d'instruction des armées du Val-de-Grâce, situé sur l'ancien potager de l'abbaye,
- l'église,
- le musée du service de santé des armées, la bibliothèque centrale du service de santé des armées,
- et l'École du Val-de-Grâce, anciennement École d'application du Service de santé des armées.

L'entrée de l'église se fait par la rue St Jacques. C'est un endroit magnifique, ma meilleure visite de l'après-midi. On est dans le Ve arrondissement de Paris.

L'abbaye royale du Val-de-Grâce a été construite à partir de 1621 à la demande de la reine Anne d'Autriche pour y abriter une communauté de religieuses bénédictines.

En 1621, Anne d'Autriche acquiert l'hôtel du Petit-Bourbon et y installae les bénédictines venues de l'abbaye du Val-de-Grâce, près de Bièvres.

La reine Anne d'Autriche a été élevée dans les principes stricts de la Contre-Réforme. Devenue reine, elle prend l'habitude de visiter les monastères féminins de Paris et des alentours. 

Au prieuré du Val-de-Grâce de Bièvres, elle remarque la prieure Marguerite de Veny d'Arbouse et lui demande un siège abbatial. L'abbaye est alors fondée en 1621 et confiée à la nouvelle amie de la reine. La première pierre est posée le 3 juillet 1624, sur un terrain donné par la couronne (l'ancien hôtel du Petit-Bourbon) et la construction s'échelonne lentement de 1624 à 1643. Cette première communauté est caractérisée par l'austérité de sa règle et l'archaïsme des bâtiments qui l'accueillent.

L'église du Val-de-Grâce est une église de style classique baroque français originellement destinée à être l'église de l'abbaye royale du Val-de-Grâce.

Les travaux de la chapelle, commencés en 1645, sont confiés successivement à Mansart, Lemercier, Le Muet, Le Duc. Un dôme inspiré de celui de Saint-Pierre de Rome surmonte la coupole, décorée par P. Mignard, avec des sculptures de M. Anguier.





C'est une église dédiée à la Nativité : son maître-autel Le baldaquin, par Gabriel Le Duc et la Nativité du maître-autel, par Michel Anguier.

L'ensemble des bâtiments conventuels subsiste en arrière de l'église
(cloître à double galerie).


Le jardin est magnifique.



Supprimée par la Révolution, l'abbaye fut transformée en 1793 en hôpital militaire. L'ensemble a été agrandi, restauré et modernisé de 1975 à 1993.

L'ancienne abbaye accueille aujourd'hui le musée du Service de santé des armées, la bibliothèque centrale du Service de santé des armées, et l'École du Val-de-Grâce, anciennement École d'Application du Service de Santé des Armées (EASSA).

Entre le Panthéon, et l'église du Val-de-Grâce, il y a de grandes plaques érigées en l'honneur des défunts, qui se sont battus à la guerre, des médecins qui sont morts d'épidémies ... et non, je n'ai pas vu le nom de ma famille, alors que j'y ai vu le nom de personnes que j'ai connues dans ma vie. Un peu déçue...

Puis, j'ai voulu revoir l'ancienne chapelle de l'abbaye de Port-Royal, qui est toute proche,au bout de la rue, donc Bd de Port Royal, qui jouxte la Maternité de Port Royal donc l'intérieur de l'hôpital, mais elle était fermée. 

Je pense qu'elle ne sera ouverte au public que demain dimanche.



Puis j'ai voulu visiter l'E.N.A.,je n'y suis jamais allée, ouverture exceptionnelle. Pour mes amis étrangers, l'ENA, c'est l'école nationale d'administration, la haute école d'où sont sortis, François Hollande, Ségolène Royal,  Dominique de Villepin, Renaud Donnedieu de Vabres (ancien ministre de la Culture), Henri de Castries (président du groupe Axa).

Fondée en 1945 par le général de Gaulle, l'ENA est destinée à former l'élite de la fonction publique et a fourni trois présidents de la République (Valéry Giscard d'Estaing, Jacques Chirac et François Hollande) et sept Premiers ministres (Jacques Chirac, Laurent Fabius, Michel Rocard, Edouard Balladur, Alain Juppé, Lionel Jospin et Dominique de Villepin. Mais aussi pléthore de hauts fonctionnaires nationaux et internationaux, ainsi que des grands patrons.

La promotion Voltaire

Une promotion de l'ENA a attiré particulièrement l'attention, celle de François Hollande. Elle s'est déroulée entre 1978 et 1980. Diplômée en 1980, elle est connue comme la "promo Voltaire".

La "promo Voltaire", c'est d'abord un couple : Ségolène Royal et François Hollande. C'est à l'ENA qu'ils se rencontrent. Mais le président de la République investi mardi 15 mai tisse aussi de solides amitiés sur les bancs de la prestigieuse école. Des amis qui fondent le premier cercle politique de François Hollande : Michel Sapin (ancien ministre de l'Economie, en charge du projet présidentiel du candidat socialiste) et Jean-Pierre Jouyet, ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes de Nicolas Sarkozy et actuel président de l'Autorité des marchés financiers. Ce dernier reste pourtant l'ami du nouveau président de la République et continue de le conseiller.

L'histoire de cette promotion de l'ENA est donc devenue une saga. Elle a été adaptée en un téléfilm en deux parties (que j'ai vu deux fois). "L'Ecole du pouvoir" réalisé en 2009 par Raoul Peck, raconte l'aventure de trois jeunes énarques partant à l'assaut des sommets de l'Etat et de la politique, mélangeant fiction et réalité. Les noms ont été modifiés, mais on y reconnaît François Hollande, incarné par Matt, un "formidable orateur", "ambitieux par essence" qui se mettra en couple avec Caroline ; "il en fait toujours trop, mais ça marche", décrit Arte. On reconnaît aussi Ségolène Royal en Caroline, "tenace, obstinée, opportuniste, pragmatique", qui refuse d'épouser son compagnon pour "garder son autonomie". Dominique de Villepin, lui, apparaît sous les traits de Louis de Cigy, don juan issu de l'aristocratie. 


Chaque année l'ENA accueille environ 120 élèves en cursus initial et plus de 2500 fonctionnaires et cadres dirigeants en formzion continue. Les élèves français sont recrutés par la voie de 3 concours. S'ajoute une promotion d'élèves étrangers.

Après soixante années d'implantation parisienne, et sous l'impulsion d'Édith Cresson, il a été décidé en 1991 de déménager l'école à Strasbourg, au 1, rue Sainte-Marguerite. Le déménagement à Strasbourg représentait un rapprochement symbolique de l'école des institutions européennes et permetait une collaboration avec l'autre grande école du service public implantée à Strasbourg, l'Institut national des études territoriales (INET). Depuis son déménagement à Strasbourg, l'ENA se fait également appeler École européenne de gouvernance.

Depuis fin janvier 2007, le nouveau site de l'avenue de l'Observatoire à Paris, dans les anciens locaux de l'École nationale de la France d'outre-mer, accueille toutes les activités parisiennes de l'ENA (le service des cycles courts et la direction des relations internationales) tandis que tous les autres services de l'école sont concentrés à Strasbourg.

Les cours des élèves en formation permanente dans des cycles pédagogiques de moins d'un mois ont donc encore lieu à Paris.
Le premier bâtiment avait été construit au 11 ème siècle par Robert II dit le Pieux, filsde Hugues Capet, et sest appelé l'hôtel de Valvert, puis de Vauvert. Abandonné pendant un sièle, c'est Saint Louis qui le cède à l'ordre des Chartreux, qui y fondent un monastère. A la révolution, les Chartreux quittent le lieu, qui devient un bien national. napoléon y fait installer une pépinière. En 1894, il est attribué au ministère des Colonies pour y installer l'Ecole Coloniale.



Aujourd'hui


Et là, déception ... une queue d'attente : on ne peut visiter qu'accompagné d'un guide, l'horreur dans ces journées du Patrimoine. Enfin, je rentre, mais la guide est chiante au possible. Je me faufile dans un autre groupe, en avant. tout ce que jai vu de ce lieu prestigieux, le grand escalier.


Le couloir où sont exposées les photos de toutes les promotions, la photo de la promo Voltaire est toute jaunie, parce que située sur le mur à un endroit où le soleil tape fort.


On visite ensuite....  la bibliothèque dont le grand plafond a été peint en 1913 par Claude-Charles Boourgonnier, la France entourée de ses colonies et tenant d'une main le flambeau de la vertu fait flotter le drapeau tricolore, et le petit plafond, la gloire et la renommée suivant les Coloniaux.



La guide nous a proposé de visualiser un film en boucle, ah non, il faisait trop beau dehors. Et puis les gens posaient des questions comme s'ils ne savaient rien de rien alors que moi avais tout appris en ayant vu deux fois le film sur la promotion Voltaire.

Ensuite je me suis armée de courage car la fatigue était forte, pour revevenir sur mes pas jusqu'à l'Observatoire. Je l'ai déja visité une fois, et j'avais un bon souvenir. Mais là, c'était l'école primaire, une foule d'enfants avec leurs parents, et en fait ce n'est qu'un musée des sciences, la terrasse du haut était fermée au public. Je suis vite partie.


J'ai voulu prendre la queue pour visiter la Maison du Fontainier qui se trouve devant l'Observatoire, mais à 17H20, trop tard, les visites étaient terminées. Je n'y suis jamais allée, je ne sais pas si j'aurai le courage de revenir là demain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un message, un commentaire, car c'est la meilleure façon pour moi de communiquer et d'échanger avec vous. Voici la marche à suivre :

- 1) Ecrivez votre texte dans le rectangle de saisie ci-dessous.
- 2) Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante en étant loggué sur votre compte.

Sinon, choisissez "Anonyme"
MAIS PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE POUR QUE JE SACHE QUI M'ÉCRIT.

- 3) Cliquez sur Publier.

ET JE VOUS EN REMERCIE.