menu horizontal

Je parlerai de ma ville, de mes voyages, de musiques, de films, de l'actualité, de tout ce qui m'interpelle

Quand j'ai créé mon premier blog je m'étais inspirée de la définition du mot "Blog", à l'origine "Weblog" contraction de Web et de Log. Le mot "Log" a désigné au départ les journaux de bord de la marine et de l'aviation américaine, et le "Web", c'est cette invention qui a changé notre quotidien à la fin du 20e siècle ! Le blog littéralement c'est donc un carnet de bord tenu et dévoilé en ligne, un mot construit pour désigner les premiers sites du genre aux Etats-Unis à la fin des années 90.

Mon blog... Un regard très personnel, un journal où je publierai des billets d'humeur à propos des sujets les plus divers.

ARTICLES LES PLUS RÉCENTS

ARTICLES RÉCENTS


Recent Posts Widget

lundi 28 mai 2012

AUSTRALIA

J'ai vu un super film hier, ça s'appelle Australia (2008).
Il avait une mauvaise critique, mais comme j'ai tellement aimé l'Australie, j'ai regardé. J'ai adoré !!

Je cite le site http://www.marianne2.fr/

"Derrière l’écrasant tapage qui accompagne la sortie d’Australia, bien caché entre les plis des costumes couture de Nicole Kidman, ce scénario, à première vue niais, raconte pourtant une facette méconnue de l’histoire australienne, celle de la persécution des enfants aborigènes."
Virginie Roels


C'est sûr que ma connaissance du pays et de sa fâcheuse période de la persécution des enfants aborigènes déjà traitée dans le film the Rabbit-Proof Fence en 2002, m'a fait rentrée d'avantage à l'intérieur de ce film. Et j'avais beaucoup lu sur les croyances et mythes aborigènes. Par contre je ne connaissais rien sur la période de la guerre et du bombardement par les Japonais.
C'est un film sorti en 2008.
Réalisé par Baz Luhrmann.
Avec Nicole Kidman, Hugh Jackman, David Wenham



Le synopsis

A la fin des années 30, Lady Sarah Ashley, une aristocrate anglaise hautaine et renfermée, arrive au coeur des paysages sauvages du Nord de l'Australie pour y rejoindre son mari qu'elle soupçonne d'adultère, et qui tente - sans succès - de vendre l'immense domaine qu'ils possèdent sur place : Faraway Downs.

Elle ne tarde pas à découvrir que l'exploitation est au bord de la ruine et menacée par son propre contremaître, Neil Fletcher, un homme sans scrupules de mèche avec un puissant éleveur, prêt à tout pour précipiter la chute du domaine et s'en emparer.

Pour sauver Faraway Downs, Sarah n'a pas d'autre choix que de s'allier à un "cow-boy" local un peu rustre connu sous le seul nom de "Drover", et de parcourir avec lui des milliers de kilomètres à travers les terres aussi magnifiques qu'inhospitalières du pays afin de mener jusqu'à Darwin 1500 têtes de bétail.



Peu à peu transformée par la puissance et la beauté des paysages, touchée par la rencontre d'un jeune aborigène orphelin, Sarah découvre des sentiments qu'elle n'avait jamais éprouvés jusqu'alors.

Au terme de leur périple, la seconde guerre mondiale a rattrapé l'Australie, et la ville de Darwin doit désormais faire face aux bombardements japonais.

Pour la première fois de sa vie, Sarah sait pour qui et pour quoi se battre, et est prête à tout pour sauver ce qui compte désormais pour elle.

Je l'ai vu en version française, et là, dans cette vidéo ci dessous, j'entends pour la première fois la version originale avec l'accent australien, et là, il est flagrant.



Le Trailer officiel




L’autre visage de l"Australie"

Je suis passionnée par l'Australie et cette partie de leur Histoire m'a toujours impressionnée.

Par Marianne2fr

L'autre film, Rabbit Proof Fence (2002)

Superbe aussi.
Que j'ai vu plusieurs fois.

Rabbit-Proof Fence est un film dramatique Australien de 2002, basé sur le livre "Follow the Rabbit-Proof Fence" de Doris Pilkington Garimara.

Il évoque une période historique de l'Australie :

Pendant trois décennies, l’Etat Australien a bel et bien mis en place une politique de discrimination et d’internement répressif à l’encontre des aborigènes.

Ainsi, les enfants nés d’un métissage étaient systématiquement enlevés à leurs parents pour êtres rééduqués et placés dans des camps. Une méthode de purification de la race inspirée directement du nazisme et qui fût pratiquée jusqu’aux débuts des années 70. Une politique qui sépara des familles entières et dont les victimes portent aujourd’hui le nom de Générations volées. 

Il est basé sur une histoire vraie concernant la mère de l'auteur, ainsi que deux autres jeunes métis filles Aborigènes, qui se sont enfuies du Moore River Native Settlement, au nord de Perth, dans le but de retourner dans leurs familles aborigènes, après avoir été placées là en 1931.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un message, un commentaire, car c'est la meilleure façon pour moi de communiquer et d'échanger avec vous. Voici la marche à suivre :

- 1) Ecrivez votre texte dans le rectangle de saisie ci-dessous.
- 2) Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante en étant loggué sur votre compte.

Sinon, choisissez "Anonyme"
MAIS PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE POUR QUE JE SACHE QUI M'ÉCRIT.

- 3) Cliquez sur Publier.

ET JE VOUS EN REMERCIE.